Le Journaliste Lamissia Adolarc transféré à la prison de Ngaoundéré.

Par Agnes Tailé

Pas de visite , et donc privé de tout contact de tout contact avec le monde extérieur, Lamissia Adolarc vit le calvaire des geôles de la prison centrale de Ngaoundéré . Interpellé depuis le 31 mars dernier et retenu dans les locaux de la direction de la Recherche extérieure (Dgre) pour la région de l’Adamaoua, le correspondant du quotidien Le Jour a été finalement transféré à la prison centrale de Ngaoundéré. Le reporter a été interpellé et mis en garde à vue administrative selon les autorités administratives de la place.  Il aurait été arrêté pour n’avoir pas respecté la procédure d’accès dans les locaux de la Direction des Renseignements Généraux (DGRE) de Ngaoundéré.

Selon nos sources, le confrère Lamissia était sur une enquête qui mettait en cause la société Pamol soupçonné de traiter ses employés comme des esclaves.  Mais tout porte à croire que les dessous de cette arrestation sont bien plus complexes qu’il n’y parait.

Depuis son arrestation, les appels du RJS, Réseau des Journalistes du Septentrion, semblent n’avoir pas d’effet sur la triste continuité de cette affaire. Le premier avril dernier, le CPJ (Committee to Protect Journalist) a joint sa voix à celle du RJS pour appeler à la libération du journaliste Lamissia dont le sort est encore flou derrière les barreaux de la prison de Ngaoundéré.

img super-ligue.com

 

A lire aussi:

Le journaliste Lamissia Adolarc interpellé.

Le correspondant du jour interpellé

Cameroonian reporter detained after questioning arrests

LAMISSIA ADOLARC, Journaliste au Quotidien Le Jour, interpellé mercredi dernier à Nagoundéré est introuvable.


Commentaire désactivé.