Une étudiante se déshabille dans un bar à Maroua

Sous l’emprise de la drogue, la jeune étudiante s’est mise à nue dans un bar au quartier Domayo.

Par Célestin Tabouli Succès

L’histoire s’est vite propagée comme une trainée de poudre au quartier Domayo le 7 décembre 2011. Au lendemain cette ridicule scène, elle alimentait encore les causettes dans les restaurants, ménages, bistrots et autres lieux de distraction de la ville de Maroua. Il était à peine 19 h 30 lorsque la scène s’est produite. La jeune fille s’est complètement déshabillée dans l’un des célèbres bars qui jouxtent les rues de Domayo communément appelé deux voies. La foule nombreuse, pour la plupart constituée de curieux sortis des domiciles, gargotes et passants à bord d’engins, n’a voulu en rien louper une seule brèche du décor.

A l’origine de ce spectacle, plusieurs commentaires ont été avancés. C’est sous l’emprise de la drogue que l’étudiante de l’Ecole normale supérieure de Maroua s’est mise dans cet état. Elle aurait pris quatre de l’exol, un médicament sous forme de comprimé souvent vendu par des « pharmaciens ambulants » et que les usagers consomment pour se droguer, révèlent des témoins. Elle l’aurait ingurgité sans savoir les effets néfastes et se serait alors mise dans un état d’ivresse très avancée. La jeune fille âgée, la vingtaine agée, va ensuite se mettre à se déshabiller devant un public de grands jours de fête au célèbre bar dénommé « Vieux Manoir ». Au cours d’un échange avec un inconnu, elle aurait défié celui-ci de se mettre toute nue. « Subitement, elle a laissé tomber son pagne, ensuite le haut et finalement son soutien-gorge et son slip » raconte un moto-taximan qui a vécu le film. Nue comme un ver de terre, la jeune fille s’est fait huer par la foule. Toute tentative de couvrir sa nudité a été vaine car elle était très agitée. Pendant un quart d’heure, personne n’a pu la maîtriser. Il a fallu l’intervention de gros bras pour la maîtriser et la conduire au poste de l’Essir sis du côté des services du gouverneur et non loin du théâtre de l’événement.

 

 

 

Commentaire désactivé.